Trail de Tanlay 2020

 

Seulement 400 dossards avaient été autorisés pour cette 14ème édition. Il ne fallait donc pas perdre de temps pour s’inscrire car en moins 3 semaines, l’organisation annonçait complet
le 33 km, vu par Vincent F.
Comme à son habitude, Patrick nous avait concocté un beau parcours, sélectif avec 900 m de D+.
Nous ne sommes pas nombreux sur cette distance. Philippe est motivé à 200% comme à son habitude. Pour nous autres, Kalid, Charlène, Laurent et moi, l’objectif est de terminer.
Le départ est donné à 9H00, ça part vite, très vite même. Les premiers 6 km sont faciles, les “difficultés” commencent un peu après, il faut être vigilant dans les singles dans les bois, ça grimpe, ça descend, avec la sécheresse actuelle, le terrain est glissant avec la sécheresse. Le balisage est parfait et les signaleurs sont là pour sécuriser les traversées des routes et villages. Il fait chaud, toujours penser à bien s’hydrater, 2 ravitaillements en eau sont prévus au 13 et 24 km. Il faut avoir son gobelet ou sa gourde, les gobelet jetables, c’est fini et c’est une bonne chose.
Les 10 derniers km sont plus roulants mais la fatigue se fait sentir, les jambes deviennent lourdes. Je vois Kalid 200 m derrière moi, il compte bien me rattraper. Ça me redonne un peu d’énergie pour finir quelques minutes devant. Laurent arrive pas loin derrière. Malheureusement pour Charlène, elle a dû abandonné pour blessure.
Au final, je suis content de ma course, plus trop l’habitude des dénivelés, ça pique un peu ce soir mais moins que les frelons 😉
le 15km, vu par Franck C.
Mon 1er trail de la saison !!! Un peu de stress, mais vite dissipé à la vue des amis de l’AJA déjà sur place qui étaient entrain de discuter et de blaguer sur de potentiels temps sur le parcours.
Bientôt le départ l’adrénaline commence à monter…
Masque obligatoire et top c’est parti pour 15 Km.
Passage éclair devant le superbe château de Tanlay, puis première montée sur un petit sentier ombragé, la température commence elle aussi à monter.
Un beau parcours avec différents types de terrains et de paysages. Mais il faut ménager sa monture, car je découvrais le parcours et je ne voulais pas me mettre dans le rouge.
Après plusieurs méandres dus aux parcours : l’arrivée en vue, une dernière accélération et passage sous l’arche d’arrivée. Ouf !!! arrêt du chrono.

Pas le temps de souffler retour en arrière pour encourager les amis de l’AJA !!

 

Pour le classement

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.